Formation


PACTEM : Les patients acteurs de l'enseignement en médecine

A la faculté de médecine Lyon Est, plusieurs enseignements avec et par les patients ont été proposés dans le cadre des enseignements de sciences humaines et sociales. Le projet PACTEM est mené au sein de l’Université de Lyon par une équipe interdisciplinaire. L’initiative a été lancée au mois de juin 2015, à Lyon, lors d’un symposium consacré aux patients formateurs lors du congrès du "Collège national des enseignants en Sciences Humaines et Sociales - Humanités Médicales".

Le XXIe siècle voit l’émergence d’un nouveau paradigme dans le domaine de la santé. Les malades ont augmenté leur niveau de connaissances en ce qui concerne leur santé dans les maladies chroniques ces dernières décennies. Parmi ces malades émergent de nouvelles figures telles que les patients experts, en éducation thérapeutique, et les patients formateurs. Ces derniers, acteurs de l'enseignement en médecine, sont des personnes qui à partir de leurs expériences individuelles et collectives développent et partagent leurs savoirs avec des professionnels en formation.

Le projet « Patients acteurs de l'enseignement en médecine » (PACTEM) s’inscrit dans ce contexte.
Nicolas Lechopier, MCF, Lyon 1, Faculté Médecine Lyon EST, le présente en ces termes :
" Nous assistons actuellement à une triple transformation qui affecte la formation des professionnels de santé  : La pédagogie dans l'enseignement supérieur est remise en chantier ; les professionnels soignants font face à des transformations significatives de leurs modes d'activité, notamment avec internet et l’importance croissante des maladies chroniques ; des collectifs de patients se mobilisent, et montent en compétences.  Dans ce contexte, le projet PACTEM propose une recherche-action : une démarche qui associe chercheurs, patients, professeurs, étudiants et doyen autour d’une série d’expériences, qui donnent lieu à un apprentissage collectif. Ce qui nous réunit, c’est le souhait que les étudiants en médecine se posent des questions au cours de leur formation, s’intéressent vraiment à la perspective des patients, et in fine soient en mesure de les accompagner au mieux dans leurs parcours de santé ".

A la faculté de médecine Lyon Est, plusieurs enseignements avec et par les patients ont été proposés dans le cadre des enseignements de sciences humaines et sociales. D’autres expériences sont en préparation. Jusqu’à présent, les étudiants – qui sont au centre de cette recherche – ont fait des retours très positifs. Ils rapportent avoir « appris à regarder les symptômes différemment », à « apprécier la relation soignant-soigné mais surtout la relation soigné-maladie que nous ne voyons pas directement en cours ». Ces enseignements rendent vigilants : « Parfois, on dit au patient "il ne faut pas faire ça ou ça", et on ne se rend pas compte à quel point ça peut être difficile à mettre en pratique au quotidien. On s’en rend compte un peu à l’hôpital, mais là, ça m’a vraiment sauté aux yeux lors du dernier cours ». Les étudiants prennent conscience du rôle et de la place des associations d’usagers « qui peuvent plus prendre le temps d’écouter, il y a d’autres savoirs qui sont apportés, par d’autres patients […] avec des échanges totalement différents d’avec le médecin […] ça aide à se rendre compte qu’en fait, les associations, c’est super important ». Ces enseignements « permettent de voir la médecine du point de vue du patient, avec son ressenti, sa vie avec la maladie et ses rapports avec les soignants et la société ».

Bien entendu, les patients formateurs soulèvent de nombreuses questions (professionnalisation, modalités d’évaluation, institutionnalisation, choix et rémunération des interventions, etc.) dont les réponses ne peuvent pas être seulement théoriques mais doivent être expérimentées ensemble, avec étudiants, patients et enseignants. Le projet PACTEM ouvre un chemin, parmi d’autres, dans le champ du futur de la formation des professionnels de santé.

Il reste aussi à définir quels sont les enjeux existentiels, relationnels, institutionnels et anthroposociologiques mis en œuvre dans l’élaboration du métier de patient formateur?

Le projet PACTEM est mené au sein de l’Université de Lyon par une équipe interdisciplinaire. L’initiative a été lancée au mois de juin 2015, à Lyon, lors d’un symposium consacré aux patients formateurs lors du congrès du « Collège national des enseignants en Sciences Humaines et Sociales - Humanités Médicales ». Une journée d’étude s’est tenue à la faculté de médecine Lyon Est, en avril 2016, réunissant 70 personnes d’horizons très variés. Le Collectif interassociatif sur la santé, l’Institut pour la Démocratie en Santé et l’Université des Patients de Grenoble y étaient notamment représentés. Le projet est soutenu par l’Université de Lyon-Saint-Etienne au titre de « projets exploratoires interdisciplinaires » et par le Laboratoire de l’Éducation de l’École Normale Supérieure de Lyon. Il fédère actuellement des philosophes, médecins, sociologues, pédagogues et patients, qui s’enrichissent mutuellement de leurs différences (site internet du projet : http://pactem.hypotheses.org)
équipe PACTEM
Publié le 10 avril 2017 Mis à jour le 11 avril 2017